Résidences america

2016 - Tom Cooper


Né en Floride à Fort Lauderdale en 1974, Tom Cooper vit à la Nouvelle-Orléans, Louisiane. Il s’est fait connaître en publiant des nouvelles (33) dans de nombreux magazines littéraires, qui lui ont valu d’être nominé à quatre reprises pour le prestigieux Pushcart Prize. Il a aussi publié plusieurs ouvrages de non-fiction dont un essai sur le processus de l’écriture.

"The Marauders" (2015), son premier roman, a été largement salué par la presse américaine lors de sa parution et sera prochainement adapté à la télévision sous la supervision des producteurs de Breaking Bad. « Les Maraudeurs » est paru en France , chez Albin Michel, dans une traduction de Pierre Demarty.

 

Les chroniques de Tom Cooper durant sa résidence

Chronique 1 - VF

Me voilà, près de deux semaines après le début de ma résidence à Vincennes, le lendemain de tout le capharnaüm du Festival America, et il faut bien reconnaître que je commence à peine à m’habituer à vivre si loin de la Nouvelle Orléans. Elle me semble à des années-lumière. De temps en temps je suis assommé par le mal du pays. Puis par la panique. Puis par l’incrédulité. Mais qu’est-ce que je fais ici ?

Lire la suite

Chronique 1 - VO

VINCENNES PART 1

Here I am almost two weeks into my residency in Vincennes, the day after the pandemonium of Festival America, and I must admit that I’m still growing accustomed to living so far away from New Orleans. New Orleans seems a solar system distant. Every so often homesickness clobbers me. Then panic. Then disbelief. What am I doing here?

Lire la suite

 

Chronique 2 - VF

Difficile à croire, mais la moitié de mon séjour à Vincennes est déjà passée. J’ai l’impression que cela fait à peine quelques semaines que je suis arrivé, sans doute parce que j’ai sillonné la France le mois dernier. Lyon, Vienne, Besançon, Pau, Auxerre. J’ai même été à Morges et à Oron en Suisse. Il y a un mois j’étai incapable de prononcer le nom de quelques unes de ces villes. J’ai encore de temps en temps des problèmes avec mes « r ». Mes « r » me trahissent à chaque coup : c’est sûr, ce type est américain. Peut-être que je serai venu à bout de ce « r » récalcitrant d’ici la fin novembre, avant mon départ. C’est un but modeste, mais réalisable, d’après moi, étant donné que je suis loin d’en avoir fini avec mes déplacements en France. En novembre, j’irai à Mulhouse, Nantes, Dreux, Clamart, Brive et Bordeaux.

Lire la suite

Chronique 2 - VO

Hard to believe, but my stay in Vincennes is halfway over. It seems only a handful of weeks since I’ve arrived, probably because I’ve been all over France during the past month. Lyon, Vienne, Besancon, Pau, Auxerre. I’ve even been to Morges and Oron in Switzerland. A few of these places I wasn’t able to pronounce a month ago. I still have occasional problems with my r’s. My r’s are a dead give away: definitely American, this guy. Maybe I’ll conquer the recalcitrant French r by the end of November, before I depart. A modest and achievable goal, I think, given that my French travels are far from finished. In November, I’ll visit Mulhouse, Nantes, Dreux, Clamart, Brive, and Bordeaux.

Lire la suite

 

Chronique 3 - VF

Cette chronique, la dernière que j’écris pour Vincennes Info, était censée être badine et joviale, avec une ou deux savoureuses anecdotes sur mes mésaventures et autres tribulations en France et mes efforts incessants pour appréhender les rudiments de votre langue, mais nous sommes le matin du 14 novembre, presqu’une semaine après l’élection, et la légèreté ne semble pas de mise. Si vous voulez le savoir, on dirait que la légèreté s’est envolée au-delà du système solaire. Et je suis déjà en retard pour remettre mon texte. Par la fenêtre, un ciel misérable, maussade, lourd de pluie, couleur bitume. Eh oui, même le temps à Vincennes se met au diapason, théâtral et larmoyant. Plein de commisération. « Eh ouais, Tom, mon pote. Je suis avec toi. Boudons ensemble.”

Lire la suite

Chronique 3 - VO

Last Vincennes entry

This, my last piece for the Vincennes monthly, was supposed to be light-hearted and breezy, a blithe anecdote or two about my mishaps and misadventures in France and my continuing struggles to grasp the rudiments of the language, but it is the morning of November 14th, nearly a week after the election, and levity seems far out of reach. Okay, levity seems to have flown from the solar system. And this dispatch is already overdue. Outside the window, a dingy sullen sky the color of asphalt threatens rain. Yes, even the weather in Vincennes is appropriately histrionic and maudlin. Commiserating. “Yeah, Tom, I feel you, brother. Let’s sulk together.”

Lire la suite

 

 

Top