dimanche 23 septembre 2018 de 14h00 à 15h00
Maison des Associations - Salle Paul Rumeau (niveau +1) Localisation

Animé par Francis Geffard

La littérature américaine, comme le cinéma, a fait une large part au pouvoir de rédemption. Quoi que l’on ait fait, il est toujours possible de renier ses actes et de se racheter, pour peu qu’on ne ménage pas ses efforts. Le bien finit tôt ou tard par triompher du mal. Que représente l’idée de rédemption pour un écrivain et pour ses personnages ? Est-ce une façon de voir la vie, de placer une foi inébranlable en l’être humain ? Un écrivain accède-t-il aussi par l’écriture à une sorte de possible rédemption ?

En présence de :
Top